Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 13:55

GaseVoilà une exemple d'écologie pratique: Le GASE

 

Le GASE en pratique ?
-    Une réunion-distribution par mois (le 2e jeudi du mois à 20h) à Nîmes
-    Pas d’adhésion, accessible à tous dans le respect de la charte ;
-    On commande ce qu’on veut (les produits voulus dans les quantités souhaitées) ;
-    Tout le monde participe : chacun, à un moment, s’occupera d’un produit, c'est-à-dire qu’il commandera pour le GASE, récupèrera ou se fera livrer le produit qu’il distribuera lors de la réunion-distribution (chaque producteur définit ce qui l’arrange pour le paiement, à l’avance ou non) ;
-    Pour le moment, environ une trentaine de personnes ou familles ;
-    Produits qui peuvent être commandés : divers pains (1fois/semaine), farines blé (dont variété ancienne), riz (dont complet), pâtes (complètes, seigle), lentilles, pois chiches, huile d’olive, miel, châtaignes (farine, cuites, sèches, confiture), vins, bières, fruits, certains légumes , divers jus de fruits, sirop de gingembre, infusions, herbes aromatiques, spiruline, mais aussi en « produits frais », œufs, viande de bœuf, poulet, fromage (pélardons, tomme de chèvre), pommes et même savons ainsi que, en moins local mais en filière équitable, café, chocolat, sucre muscovado…
Liste qui ne demande qu’à grandir !

 

Les 'Gasiers" désirent privilégier par ce biais :

·   les produits les plus locaux possibles pour favoriser les relations équitables et humaines entre producteurs et consommateurs et affecter la plus-value des produits à ceux qui les produisent,
·   les producteurs qui ont besoin d’être soutenus (en installation, en difficulté,...)
·   les produits les plus respectueux de l'environnement possible (de qualité biologique ou équivalente),
·   les conditions sociales de travail satisfaisantes pour les producteurs, mais aussi pour tous les intervenants sur le produit ou la filière.
·   un engagement moral dans la durée avec les producteurs dans un souci de continuité et de respect d'un prix « juste ». Le GASE fonctionne avec répartition des tâches et dans un souci d'autogestion :
·    Chaque membre du GASE (gasière, gasier) s'engage à prendre un produit en charge (commande, distribution,...). Ce n’est cependant pas un préalable à la participation au GASE, et les gasiers s’entraident pour se répartir les tâches et trouver les produits.
·    Le GASE est organisé de manière horizontale et autogérée. Chaque gasièr-e peut représenter le GASE mais n’engage, au travers de ses propos, que elle(lui) même.
·    Tout choix de nouveau producteur se fait en réunion après présentation des produits et des conditions de production. Une commande dite “d’essai”  pourra être organisée pour tester la qualité du produit.
·    L'organisation des commandes et des livraisons est définie pour chaque produit par le gasièr-e qui en a la charge.
·    La participation au GASE est ouverte aux personnes qui adhèrent aux principes de la présente charte.

Repost 0
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 07:39

 

BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale, BPCE et Axa possèdent des participations dans des banques et entreprises actives dans les colonies, note un rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme.

Les quatre premières banques françaises et l'assureur Axa financent la colonisation des Territoires palestiniens par Israël, via leurs participations dans des banques et des entreprises israéliennes actives dans les colonies. C'est ce qu' affirme un rapport de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), publié ce mercredi.

Par leur soutien "persistant" aux banques et entreprises israéliennes impliquées dans les colonies, BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale, BPCE et AXA "contribuent indirectement au maintien et au développement" des colonies, peut-on lire dans l'étude intitulée "Les liaisons dangereuses des banques françaises avec la colonisation israélienne".

A MEDITER LORSQU'ON OUVRE UN COMPTE DANS CES ETABLISSENTS !!!!! ...........

Pour les placements il y a toujours l'ISR et éviter les fonds gérés par ces banques !

Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 17:03

Finansol.JPGVu sur Patimoine.com :

 

 

 

60 000 nouveaux Perp ont été souscrits en 2011 auprès des sociétés d'assurance. Fin 2011, le nombre de plans en cours s'établit à plus de 2,1 millions, chiffre en progression de 1 % sur un an. La quasi-totalité des Perp en cours sont en phase de constitution. Le taux de détention de la population "cible" ayant souscrit un Perp s'établit à 8,9 % fin 2011. 1,1 milliard d'euros de cotisations on été versées au cours de l'année 2011 (+ 4 % par rapport à 2010).  

 

Au cours de l'année 2011, 88 000 nouveaux contrats de retraite "Madelin" ont été souscrits auprès des sociétés d'assurance. Fin 2011, le nombre de contrats de retraite "Madelin" s'élève à 960 000, en progression de 4 % sur un an. 94 % des contrats sont en phase de constitution et 6 % en phase de liquidation. La part des travailleurs non salariés (TNS) en activité détenant un contrat de retraite "Madelin" auprès des sociétés d'assurance s'établit à 45 % (58 % en tenant compte des contrats souscrits auprès des mutuelles). 2,3 milliards d'euros de cotisations ont été versées en 2011 (+ 7 % par rapport à 2010). 

 

Ces 2 solutions combinent Retraite, épargne avec facilités fiscales !

Evidemment, il est temps d'y penser, Salarié ou TNS, et je suis là pour mettre dans ces placements une pincée de Socialement ou Ecologiquement responsable....

 


Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 17:18

moissons.JPGAprès "Le Monde selon Monsanto" et "Notre poison quotidien", Marie-Monique Robin enquête sur les méthodes de l'agroécologie dans différents points du globe. Un film plein d'espoir sur les solutions possibles à la crise alimentaire.

 

Bande-annonce

Repost 0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 09:08

 

cotiser.jpg

Vu sur le net :

Presque tout ce qu'il faut savoir sur l'assurance-vie !

 

 

VIDEO

 

L'assurance-vie reste un excellent moyen d'épargner et d'orienter ses placements vers des supports qui ont beaucoup de sens et qui restent conformes à vos convictions :



Investissement Socialement Responsable

Placements environnementaux

Épargne solidaire .....

 

J'ai écris plusiers articles sur ces supports responsables :

 

Voici un exemple intéressant : Epargne développement durable

Repost 0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 11:52

 

«De record en record, les dépenses militaires mondiales atteignent en 2011 la somme extravagante de 1738 milliards de dollars » dénonce Pierre Villard, co-président du Mouvement de la Paix.

 

image-1.JPG


L’institut suédois note cependant une quasi-stabilisation puisque, en termes réels, l’augmentation par rapport à 2010 n’est plus que de 0,3%. La crise semble donc avoir ralenti la course folle à la mort. «Ce haut niveau signifie cependant qu’en pleine crise, la part des richesses mondiales détournée dans les dépenses militaires reste à un niveau insupportable alors que les Objectifs du Millénaire pour le Développement qui visaient à réduire de moitié l’extrême pauvreté seront loin d’être atteints » note le responsable pacifiste qui poursuit «il faut d’urgence réduire massivement les dépenses militaires pour consacrer ces sommes au développement des services publics et à la satisfaction des besoins sociaux, contribuant ainsi à la construction d’un monde plus juste et plus sûr ».
La France, qui conserve un niveau de dépenses très élevé, est passée du 3ème au 5ème rang des pays aux dépenses militaires les plus élevées en 2011 du fait de la très importante augmentation (+9,3%) des dépenses militaires russes. Elle reste avec les autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, l’un des pays les plus à la pointe de cette course mortelle. «
Triste record » déplore Pierre Villard. Il poursuit« la France aurait tout à gagner à investir dans la construction de la paix, plutôt que dans la poursuite des guerres ».


Le budget français de la Défense s’élevait à 32,15 milliards d’€ en 2010, à 31,19 Md€ en 2011. Il devrait passer à 31,83 Md€ en 2012, en augmentation de 1,8% et avoisiner encore les 32 Md€ en 2013. C’est le 3ème poste budgétaire de l’État. Dans le même temps, de nombreux discours affirment que la France (qui a encore 4000 soldats en Afghanistan) n’a pas d’argent pour financer les besoins sociaux !


Pour notre pays, nous demandons la diminution du budget militaire et le transfert des économies réalisées :
- Au  développement des services publics de base : éducation, santé, recherche, aide aux personnes âgées, culture, …
- Au financement des politiques d’emploi et de ré-industrialisation
- A la protection de l’environnement et à promotion des sources d’énergie renouvelables
- A la promotion et au développement d’une culture de la paix et de la gestion des conflits à tout niveau (depuis la formation à la médiation à l’école jusqu’au développement d'actions diplomatiques internationales pour la paix).
A l’occasion de la journée mondiale du 17 avril dernier pour la réduction des dépenses militaires, le Mouvement de la Paix a réitéré sa proposition de mettre en débat la réduction de moitié des budgets militaires pour les 10 ans à venir.


Le Mouvement de la Paix
 Paris, le 26 avril 2012



Je rappelle à tous les épargnants que leurs économies mises de côté, sans y prendre garde, peuvent financer ce genre d'activité ! C'est une des raisons d'être de l'ISR qui exclue des secteurs d'activité comme l'armement. Il n'est jamais trop tard de se poser la question concernant sa propre assurance-vie, son épargne salariale, ......

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 14:14

L'investissement socialement responsable a passé la barre des 100 milliards d'euros en 2011 (23/04/12)


arton5-eda23.jpgDans un contexte de baisse générale des marchés, l'investissement socialement responsable a bénéficié d'une forte croissance en 2011. Selon l'enquête annuelle de Novethic (filiale de la Caisse des Dépôts), l'encours global des fonds ISR représentait 115 milliards d'euros fin 2011, soit une progression de 69 % sur un an. Les épargnants particuliers pèsent un tiers du marché ISR français. La source de collecte principale reste de loin l'épargne salariale, qui croît de 38 % en 2011. Aujourd'hui, 1 euro sur 4 en épargne salariale est ISR.

 

Pour ma part, je présente aux particuliers des solutions facles à mettre en place : Assurance-vie, Compte-titres, PEA,...

 

Et depuis début 2012 de l'EPARGNE SALARIALE vraiment indépendante qui permet de sortir des grands acteurs de la Banc'assurance et d'épargner responsable !

 


Voir l'article

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 16:59

arton5-eda23-copie-1.jpgLa plupart des épargnants qui ont souscrit, il y a plusieurs années, des contrats d'assurance-vie. Dans ces contrats le support en € a souvent été privilégié. Les rendements étaient corrects voire bons et correspondaient aux attentes des épargnants. Evidemment, il y avait une certaine disparité entre les assureurs mais les résultats restaient satisfaisant.

 

Début 2012, l'heure du bilan 2011 a sonné pour les contrats d'assurance-vie investis en fonds euros. C'est-à-dire en dette d'Etat : Grèce, Italie, Espagne, Portugal... mais aussi et surtout France.

 

Si vous avez souscrit un contrat d'assurance-vie monosupport ou un contrat d'assurance-vie en unité de compte en choisissant un seul support en fonds euros, les résultats annoncés paraissent faibles ! Les résultats des contrats courants s'échelonnent entre 2.5 % et 3.7 % ! Evidemment ces résultats s'entendent avant paiement des prélèvements sociaux !!!

 

Bref le fonds en €, qui s'était bâti une belle réputation depuis plusieurs décennies, a quelques années difficiles à passer avant de retrouver des résultats plus attrayants lorsque la situation sur les dettes souveraines se sera améliorée.....

 

Voici quelques extraits d'un article parue sur le site d'un de mes partenaires Avenir Finance :

" Sans parfois le savoir, la plupart des épargnants français ont investi massivement dans des obligations au travers des fonds en euros, ou pour être plus précis des fonds et contrats d'assurance vie en euros."

" La crise financière qui a ébranlé dans leurs fondements les économies occidentales depuis 2007 n'a pas épargné les marchés obligataires. En remettant en cause la solvabilité d'Etats dont le défaut était jusqu'alors inenvisageable aux yeux mêmes des grandes agences de notation (Standard and Poor's, Fitch, Moody's), le cataclysme financier de ce début de troisième millénaire a introduit le risque dans les placements financiers réputés les plus sûrs. "

" Dans un tel contexte, l'épargnant doit plus que jamais s'interroger sur le comportement des obligations et des fonds en euros sur longue période. Hélas, pour lui, son jugement se trouve biaisé par l'incroyable performance des obligations d'Etat, et donc des fonds euros, ces trente dernières années."

" Comment croire que le meilleur placement financier des trois dernières décennies, celui qui a si admirablement combiné performance et sécurité, le placement « absolument » (sic) sans risque que constitue le fonds en euros, le fonds investi en obligations d'Etat, ne puisse plus constituer un havre de tranquillité et de rendement pour l'investisseur ?  - On le peut si l'on se souvient que la performance des obligations est, à l'instar de celle de la bourse, faite de cycles dont la longueur fait parfois oublier qu'ils existent, des cycles éminemment corrélés aux fluctuations de l'inflation. Car s'il est une chose certaine, c'est que le taux des obligations n'est pas le seul critère pour apprécier convenablement le rendement réel de celles-ci "

" Pour les fonds en euros, le changement, c'est maintenant. Ou plus précisément, l'âge d'or des fonds en euros qui composent les contrats d'assurance vie multi-supports touche à sa fin ".

 

Je connais de nombreuses personnes qui ont, au fond des tiroirs, des contrats d'assurance vie vieux et souvent dépassés. Mon conseil est de faire avec ces placements ce que l'on devrait faire régulièrement avec tous ses placements :

- Un inventaire : Valorisation, Echéance, Plus ou value latente, Disponibilité, Fiscalité,...

- Actualisation des objectifs de chaque placement

- Arbitrage et réorganisation pour atteindre les objectifs fixés en tenant compte de la situation actuelle.

 

Bref, il s'agit de gérer son patrimoine.

 

breveon1184-1d70c.jpgEvidemment, chaque arbitrage donne l'opportunité d'orienter la souscription vers des supports plus responsable. Voilà une belle opportunité de faire progresser l'ISR !

Investissons pour la planète et la société !

Repost 0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 18:01

Glané sur internet le 18 janvier 2012


Suite aux turbulences économiques et aux mesures d'austérité strictes, les subventions aux énergies renouvelables sont remises en question. Le solaire et l'éolien en dépendent de moins en moins, car leurs prix baissent rapidement.

eolienne.jpg

Nombre de gouvernements européens ont récemment été confrontés à des problèmes de dette sans précédent et à de faibles prévisions de croissance. En raison de la nécessité croissante d'appliquer des mesures d'austérité strictes, les responsables politiques sont prêts à réévaluer les différentes dépenses, y compris les programmes de subvention. Si les énergies alternatives sont censées apporter de nombreux avantages à long terme, une question se pose en cette période mouvementée: le coût des subventions accordées à ces technologies est-il encore abordable?

 

Les subventions pour les énergies renouvelables sont relativement faibles

Avant de tirer des conclusions, commençons par étudier dans le détail les montants alloués. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les subventions accordées aux énergies renouvelables dans le monde se sont montées à 66 milliards de dollars US en 2010. Une somme modeste comparée aux 409 milliards de dollars US octroyés aux combustibles fossiles. Par rapport au PIB total de la zone euro, les subventions mentionnées représentent une proportion de moins de 0,4%. Etant donné ces chiffres, il est probable que des mesures de réduction des coûts soient plus efficaces en termes absolus dans d'autres secteurs.

 

Les prix du solaire et de l'éolien reculent rapidement...

De plus, les prix des technologies servant à exploiter les sources d'énergie renouvelable reculent rapidement. L'exemple le plus frappant est celui des panneaux photovoltaïques, dont les prix ont chuté de 75% depuis 2008. Selon EnergyTrend et PVinsights, le prix au comptant des cellules solaires en silicium cristallin est désormais de l'ordre de 1 dollar US/W. Cette baisse est due à un déséquilibre important entre la demande, qui reste faible, et les capacités de production mondiales, qui sont en hausse. Actuellement, les fabricants de panneaux se livrent une concurrence acharnée, notamment avec les entreprises chinoises qui bénéficient de structures de coûts plus favorables et de nombreuses opportunités de financement. L'Italie, le Royaume-Uni et, plus récemment, l'Allemagne ont réduit leurs subventions destinées à l'énergie solaire afin de refléter cette évolution des prix et d'éviter une rentabilité disproportionnée des investissements. L'énergie éolienne dépend nettement moins des subventions publiques dans la mesure où elle est d'un coût bien plus abordable. Aujourd'hui, l'industrie éolienne souffre principalement de difficultés de financement et doit faire face à des surcapacités entraînant une baisse rapide du prix des installations.

 

...tandis que les prix des combustibles fossiles augmentent

Les tarifs de l'électricité issue de combustibles fossiles, en revanche, sont en hausse. Depuis fin 2010, les centrales à charbon ont vu le prix des matériaux de combustion augmenter sensiblement en raison de contraintes à long terme au niveau de l'offre. En conséquence, le coût de l'électricité (levelized cost of electricity, LCOE) des nouvelles centrales électriques est désormais estimé à plus de 75 dollars US/MWh, selon New Energy Finance. Il en a résulté un accroissement des coûts de 36% sur les deux dernières années, contre un recul de près de 30% pour le solaire. L'électricité issue de sources renouvelables est de plus en plus compétitive par rapport à celle provenant de combustibles fossiles. L'énergie éolienne rivalise déjà avec les nouvelles centrales à charbon et à gaz, sous certaines conditions telles que les ressources éoliennes et la performance des installations.

 

Le solaire et l'éolien moins dépendants des subventions

Si les technologies renouvelables deviennent moins tributaires des subventions, la plupart d'entre elles, notamment le solaire, en dépendront encore pendant quelques années. Lorsque l'énergie solaire aura atteint la «parité réseau», c'est-à-dire lorsque ses prix seront équivalents ou inférieurs à ceux de l'électricité conventionnelle hors subventions, le secteur devrait afficher une croissance forte et durable. D'ici là et pendant la période de transition, le marché des actions exposé aux énergies renouvelables présentera probablement un niveau élevé de volatilité. La nouvelle concernant les décisions en matière de subventions sur plusieurs marchés devrait influencer considérablement les performances des valeurs vertes.

 

Des perspectives favorables à long terme, mais une forte volatilité à court terme

La situation actuelle du marché a d'importantes implications pour les investisseurs. La période de transition offrira vraisemblablement des opportunités d'investissement intéressantes à condition de choisir les vainqueurs de la crise. Les entreprises technologiques protégées par des barrières technologiques plus élevées et bénéficiant d'un plus grand pouvoir d'imposer leur prix devraient surmonter les turbulences actuelles et remporter des parts de marché à long terme.

 

Source : Pierre-Yves Bolinger, Crédit Suisse

 

Je reste convaincu que certains fonds verts trés spécialisés sur ces secteurs sont et restent porteurs d'avenir !

 

 

Pour plus d'infos !

 


Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 00:00

Je suis Indépendant depuis 2007 et me spécialise dans l'épargne éthique ou les investissements dédiés à l'environnement.

A quoi ca sert ?

- A échanger régulièrement avec vous sur vos motivations, vos projets, votre situation,....
- Etudier ensemble les solutions qui vous conviennent,

- A vous proposer un placement plus conforme à votre sensibilité et/ou éventuellement plus rentable que les produits proposés par la "Bancassurance",
- A réduire votre Impôt sur le Revenu, votre ISF,.....

Bref ,
à construire une solution répondant à vos préoccupations, à vos projets personnels, à vos aspirations, à votre situation personnelle et familiale en tenant compte de la réglementation, de la fiscalité, des opportunités de marché,...et à vous proposer une palette large de solutions.....

Depuis 2006, je privilègie dans mon approche les Investissement Socialement Responsables ou les placements dédiés à l'environnement. Cette démarche reste néanmoins compatible avec efficacité, fiscalité,....

En toute transparence, je suis rétribué par une partie des frais que chaque client paye lors d'une souscription à un contrat. Ce sont les compagnies d'assurances ou les compagnies financières qui rétrocèdent ces commissions.

Je suis  heureux de partager tout ceci dans ce blog et vous propose donc de réagir sur tous ces points directement sur ce blog  en rajoutant  des commentaires  ou en m'envoyant un mail  !

Sans doute, aurons-nous l'occasion  de discuter de tous  ces sujets passionnants de vive voix.

Jean-Louis Bézert
epargne_3d@yahoo.fr
06 87 71 71 13

 

Je suis C.I.F. et inscrit à l'ORIAS

Repost 0

Présentation

  • : Les placements et la finance autrement !
  • Les placements et la finance autrement !
  • : Agir pour le développement durable au travers de l'Investissement Socialement Responsable, des placements environnementaux...Voilà une façon de mettre un peu d'éthique dans la finance et les assurances !!!! JLB Placements 09 80 77 79 16 - 06 87 71 71 13
  • Contact